mercredi 11 janvier 2017

Groupe de 1re - atelier du jeudi 12 janvier 2017

Séance animée par MM. Magne et Courvoisier

Présentation du concours d'expression orale du Rotary-club qui aura lieu le jeudi 9 mars.

Les Primaires Citoyennes de la "Belle Alliance Populaire":



- site internet des primaires: http://www.lesprimairescitoyennes.fr/

- sites des différents candidats:
http://jlbennahmias2017.fr/
https://www.derugy2017.fr/
https://www.benoithamon2017.fr/
- pages des quotidiens consacrées à ces primaires:



Quand j'ai parlé de Sciences Po à mes parents, ils ont paniqué. LE MONDE. 10 janvier 2017

« Quand j’ai parlé de Sciences Po à mes parents, ils ont paniqué »

Issue du programme de convention prioritaire de Sciences Po, une ancienne élève raconte les difficultés rencontrées au sein de sa famille pour accéder à cette école.
LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Propos recueillis par
L’entrée de Sciences Po, rue Saint-Guillaume à Paris

Lancées il y a quinze ans, les conventions éducation prioritaire de Sciences Po concernaient alors une majorité de lycées de banlieue, mais aussi quelques établissements en région, notamment dans l’académie de Nancy. Aujourd’hui directrice du Labo des histoires Ile-de-France Ouest, Amélie Edoin, 24 ans, en a bénéficié. Au prix de rugueuses tensions familiales puis sociales.
Quand entendez-vous parler de Sciences Po pour la première fois ?
En classe de 2de, par des professeurs, exceptionnels, qui vont me marteler : « Tu peux le faire. » Car au début, je suis réfractaire à l’idée. Je leur réponds que j’irai à la fac, comme tout le monde. Ma famille a mis encore plus longtemps que moi à accepter l’idée que je suive de telles études. Mes parents ne connaissaient pas Sciences Po et lorsque je leur en ai parlé pour la première fois, ils ont paniqué. Et cela n’a fait qu’empirer au fil des réunions d’information. Ils craignaient que je sois complètement démoralisée en cas d’échec. De plus, Paris leur faisait peur. Ils me disaient que je n’étais jamais « montée à la capitale », qu’une école où la majorité des élèves sont issus d’un milieu bourgeois n’était pas « ma place », que je ferais mieux d’aller à l’université avec des gens « comme moi ». Ma sœur a également mal réagi, comme si je la rejetais. Cela a créé un fossé entre nous. Finalement, au début, le principal soutien affectif a été celui de ma meilleure amie, qui a suivi le même cursus que moi. Nous nous sommes battues ensemble, contre vents et marées, avec le soutien de quelques amis qui croyaient en nous.
Comment fait-on face, adolescente, à une telle pression familiale et sociale ?
J’avais envie de réussir, de m’élever, de prouver à tous que je pouvais le faire – dans ma famille, seul mon parrain avait fait des études.
Finalement vous entrez à Sciences Po, mais sur le campus de Nancy…
Parce qu’il y a une spécialité en allemand et que c’est une langue que je parle depuis que je suis petite, et parce que Nancy est certes une grande ville, mais une grande ville qui est située à côté de chez moi. Je me dis que ce sera plus facile qu’à Paris. Mais je me trompe. Dès le premier jour, une jeune femme vient me voir et m’interroge : « C’est toi, la convention éducation prioritaire », me demande-t-elle ? J’acquiesce. Elle me sourit mais pour me dire : « Je suis ravie de rencontrer des gens comme toi ; je n’en avais jamais vu. » Puis je m’aperçois au fil de l’échange que la seule chose qu’elle cherche à connaître, ce sont mes notes au bac, pour évaluer si les élèves de zone d’éducation prioritaire méritent vraiment d’entrer à Sciences Po.
Et quand vous les lui donnez ?
Elle me dit que ce n’est plutôt pas mal… pour des gens comme moi. Mais finalement, tout cela m’a aussi donné de la force, celle de clouer le bec à toutes les personnes qui pensent de la sorte, en obtenant de bons résultats.
A la sortie de Sciences Po, vous vous engagez dans l’entrepreneuriat social, au Labo des histoires, qui organise des ateliers d’écriture notamment pour des enfants issus de ZEP…
C’est la continuité de mon histoire. A mon tour de transmettre, de donner envie à des jeunes de se dépasser. Je crois profondément à l’insertion par l’éducation et la culture.
Amélie Edoin fait partie des 35 acteurs et experts du monde de demain dont les témoignages sont diffusés en vidéo lors des événements O21/S’orienter au XXIe siècle que Le Monde organise de janvier à mars 2017. Prochaines éditions : Bordeaux (Cenon) les 10 et 11 février, Villeurbanne les 15 et 16 février et Paris les 4 et 5 mars. Gratuit sur inscription. Lemonde.fr/O21.

vendredi 6 janvier 2017

ATELIER PREMIERE - 5 Janvier 2017

Nous vous souhaitons à tous une très heureuse année 2017 et nous espérons que cette année encore des élèves de LMC intégreront l'IEP.

- Distribution des autorisations de sorties pour la visite de l'Assemblée nationale. A RENDRE le 12/01 IMPERATIVEMENT.

- Intervention de Sarah HAMNY, ancienne élève du lycée, ayant intégré Sciences Po Paris par la voie de l'atelier.

- Thème 1 : La méthode Trump pour relancer l'économie et le commerce des Etats Unis
http://www.europe1.fr/emissions/l-edito-eco2/usa-donald-trump-joue-la-carte-du-patriotisme-economique-2941664

Notions et idées associées : mondialisation / délocalisation et relocalisation / accords de libre échange / marchés publics et subventions  /  FTN / mercantilisme / patriotisme économique.

Thème 2 : François Chérèque, la CFDT et le syndicalime réformiste
Chronologie des réformes des retraites et du travail depuis 2002
Notions et idées associées : syndicat / représentation et représentativité / dialogue social / manifestation et grève / CGT - FO / réformisme

jeudi 5 janvier 2017

ATELIER EN TERMINALE - JEUDI 5 JANVIER 2017

Rappel calendrier.
voir marges du blog.

Révisions et notions:
  • La primaire de la gauche: quels sont les grands sujets abordés par les candidats?
  • La raison d'Etat.
  • Les sondages: définition, limites.
  • L'ingérence.
  • L'inscription sur les listes électorales.
  • Quels sont les différents sens du mot "politisation"?
  • La notion de "participation politique".

Documents d'accès rapide.






Dessin paru en 2012.

Dessin paru dans Courrier International le 26 décembre 2016

mercredi 14 décembre 2016

La soirée "15 ans d'égalité des chances" à Sciences-po - 13 décembre 2016

Sciences Po fêtait hier soir, mardi 13 décembre, les 15 ans de son programme Conventions éducation prioritaire. 
Créé en 2001, le programme CEP est l’un des dispositifs phares de la politique d’égalité des chances de Sciences Po. 
Celui-ci a permis à 11 000 jeunes originaires de zones d’éducation prioritaire de se porter candidats à Sciences Po et à 1611 d’entre eux d’y être admis.
Pour fêter cet anniversaire, Sciences Po a choisi de donner la parole à ceux qui “font” le programme. Anciens du programme, étudiants actuels, ainsi qu’un proviseur, ont été invité à monter sur scène pour raconter leurs parcours, leurs souvenirs, leurs anecdotes en lien avec les CEP.
La soirée avait lieu en présence de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d’Ile-de-France et de Frédéric Mion, directeur de Sciences Po.
Pour ceux qui n'ont malheureusement pas pu être parmi nous, je vous transmets le lien de cette soirée qui vous permettra de la voir en replay :
Comme vous pourrez le constater, le replay contient 3 vidéosLa première vidéo commence à partir de 13mn21 et le discours de Najat Vallaud-Belkacem à partir de 14mn43.

vendredi 9 décembre 2016

Est-ce que Sciences Po mène vraiment à tout? Le Monde - 9 décembre 2016

Est-ce que Sciences Po mène vraiment à tout ?

Viser l’un des dix instituts d’études politiques est-il une bonne stratégie quand on est bon élève et qu’on n’a pas encore de projet professionnel ? D’anciens diplômés témoignent.
LE MONDE | • Mis à jour le | Par
Réagir Ajouter



Les instituts d’études politiques comptent aussi des profils atypiques.
L’idée est largement répandue : Sciences Po Paris, tout comme les neuf autres instituts d’études politiques (IEP), mène à tout et serait un choix d’études judicieux pour des élèves conjuguant bons résultats et vision floue de leur avenir. Est-ce bien le cas ?
Ça l’est plutôt, si l’on en croit les nombreux diplômés qui ont répondu à notre appel à témoignages sur le sujet : ils exercent désormais dans des secteurs particulièrement variés, et tous ont le sentiment que ce cursus leur a ouvert des portes.
« Faites Sciences Po si vous voulez apprendre et penser. Après, vous penserez à un métier », témoigne Alexandra Calmès, diplômée de Sciences Po Aix-en-Provence, devenue éditrice. La spécialisation s’effectuant en master, les IEP laissent en effet du temps pour choisir sa voie, avec un enseignement multidisciplinaire qui développe les capacités d’argumentation et d’expression écrite et orale, la curiosité, le goût du débat d’idée, l’ouverture sur la vie de la cité et sur le monde.
Directrice marketing dans une entreprise du secteur des cosmétiques à Genève après avoir suivi le cycle franco-allemand de Sciences Po Paris, Caroline Kovacs se définit comme un « bébé ScPo » : « Cette école m’a avant tout ouvert les yeux et l’esprit à d’autres gens, d’autres cultures, d’autres manières de voir le monde et la vie. » Elle a développé son « esprit critique »… et Sciences Po est « la soooo French Touch de l’enseignement supérieur hexagonal ! », témoigne-t-elle avec enthousiasme.
Quant aux débouchés, ils sont particulièrement nombreux : dans l’audit et le conseil, l’administration publique, la banque/finance/assurance, l’industrie/énergie/transport, marketing/communication, les ONG/associations, égrène l’enquête d’insertion des jeunes diplômés de Sciences Po, tandis que celle de Sciences Po Strasbourg met aussi en avant la gestion de projet, la culture, le juridique…


image: http://s2.lemde.fr/image/2016/12/09/534x0/5046121_6_d978_repartition-des-emplois-des-diplomes-de_4878d0a338ac4132df9327e35da8f41b.png
Répartition des emplois des diplômés de Sciences Po (Paris) par secteurs d’activités (promotion 2014).
L’orientation « sciences sociales » de la formation et la proximité historique avec la sphère publique dans son ensemble restent des caractéristiques déterminantes d’insertion professionnelle. Entre 25 % et 30 % des diplômés, selon les IEP, se consacrent directement aux métiers de la fonction publique.
Comme Louis Bégards, 25 ans, diplômé de l’IEP d’Aix-en-Provence, devenu haut fonctionnaire à Bercy : « Sans ce parcours, je n’aurais pas eu la culture, les codes et la sérénité nécessaires à la réussite aux concours de la fonction publique », explique-t-il. Sciences Po a fait savoir le 5 décembre que 81,4 % des admis à l’Ecole nationale d’administration (ENA) sont passés par l’institut parisien.
Les moindres recrutements dans la fonction publique ont néanmoins amené les diplômés – comme les IEP – à regarder dans d’autres directions depuis longtemps. Notamment aux confins du monde politique et administratif : nombreux sont les assistants parlementaires à Paris ou au Parlement européen, collaborateurs de cabinets ministériels ou de collectivités.
Valentine Montesse, 23 ans, diplômée de l’IEP de Lyon et collaboratrice politique dans un conseil départemental, dit : « Plus que des savoirs académiques précis, c’est avoir la culture Sciences Po qui m’aide énormément dans ce premier emploi. »
Mais le cercle s’élargit. Sciences Po Paris souligne que la proportion de ses diplômés actifs qui exercent dans le secteur privé progresse depuis plusieurs années, pour atteindre 73 %. Une veine que l’établissement lui-même continue de creuser, notamment en lançant, à la rentrée 2017, son école du management et de l’innovation, pour développer ses masters dans ces domaines.
L’étendue des possibles peut néanmoins se révéler un handicap. De bons élèves sont déçus de ne pas avoir trouvé leur voie, et de ne pas avoir été davantage guidés. Ainsi, Corentin Le Bris-Cep, 23 ans, avait choisi « le master affaires publiques, filière générale, comme beaucoup font un bac S : le cursus qui ouvre probablement le plus de portes quand on ne sait pas trop quoi faire ». Avec pour résultat de le décourager du débouché principal : la préparation des concours comme celui de l’ENA. Il a signé, depuis, un CDI dans le secteur associatif. Et se rend compte que ses cours favoris auront été… « les ateliers artistiques ».

« Les “humanités” n’ont pas vraiment le vent en poupe »

Pour Lucile Calon, diplômée de Sciences Po Lille en 2009, ce sont les débouchés qui se sont révélés décevants : elle a d’abord œuvré « quelques années dans le domaine de la coopération Nord-Sud, notamment à l’étranger », mais « il s’agissait de stages ou de volontariat international ». Le « côté généraliste » de la formation lui est apparu « peu valorisable » sur un marché du travail « où les employeurs cherchent souvent des compétences concrètes et où les humanités n’ont pas vraiment le vent en poupe ». Elle a finalement tenté, et réussi, un concours de la fonction publique, « avec l’envie d’être utile à la collectivité ».
« Au-delà de la singularité de mon parcours, j’ai pu observer que, à l’exception des gens ayant opté pour une orientation entrepriseet ceux s’étant directement dirigés vers les concours de la fonction publique, les diplômés de l’IEP mettaient quelques années à intégrer le marché du travail et passaient souvent par des stages à répétition, voire reprenaient leurs études », ajoute la jeune femme.
Quant à l’éditrice Alexandra Calmès, citée précédemment, si elle rend hommage à la diversité des parcours de ses anciens camarades de l’IEP aixois (édition, audiovisuel, économie sociale et solidaire, affaires européennes, diplomatie, gestion culturelle, affaires publiques), elle prend soin de préciser que « le seul point commun, c’est qu’on a tous fait un deuxième master derrière ».
Un quart des diplômés 2014 de Sciences Po Paris ont continué leurs études, alors que c’est le cas de seulement 10,1 % en moyenne des diplômés des grandes écoles françaises (principalement de commerce et d’ingénieurs). Parmi les témoignages reçus, ces profils sont nombreux, auxquels s’ajoutent d’autres doubles-diplomés heureux, qu’ils aient suivi un autre cursus en amont de Sciences Po ou en cours de scolarité, notamment lors d’une année à l’étranger.
Antoine Féliers est ainsi devenu avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle à l’issue de son entrée « en master de droit, dans le cadre d’un accord avec [s]on école d’ingénieur ». Et souligne qu’il a « trouvé du travail avant même de sortir de Sciences Po ».

Passer du public au privé

Pour autant, l’adaptabilité et la transdisciplinarité des diplômés leur permet aussi de changer de cap et de rebondir sans forcément repasser par la case études. Diplômé à la fois de Sciences Po et de l’université Pierre-et-Marie-Curie, avec un double cursus en sciences et politiques de l’environnement, Thomas Matagne a d’abord suivi son projet de « travailler dans l’action publique dédiée à l’environnement », au conseil régional d’Ile-de-France puis au ministère de l’écologie, avant de ressentir le besoin « d’en sortir pour plus d’action, plus de concret, plus d’agilité et de rapidité » : il est devenu entrepreneur ; il a cofondé Ecov, une start-up de covoiturage.
Nicolas Bammez, 28 ans, diplômé du master affaires publiques de Sciences Po Grenoble, a « tout d’abord évolué dans l’univers politique » – au Sénat, à l’Assemblée nationale puis au ministère de l’écologie –, avant de devenir directeur de la communication et du marketing de Nox, un groupe d’ingénierie.
Les IEP comptent aussi des profils, et devenirs, atypiques : après avoir travaillé, une fois diplômé de Sciences Po Lille, dans la publicité et l’analyse cartographique et immobilière, Martin Bafoil, 33 ans, est devenu dessinateur de presse. Cette passion lui procurant des revenus trop irréguliers, il a dû embrasser, parallèlement, un second métier, et enseigne l’allemand dans le secondaire. « Pour moi, Sciences Po mène donc à tout », conclut le dessinateur et professeur… A côté des voies royales et des carrières toutes tracées, à chacun de se frayer un chemin.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/12/09/est-ce-que-sciences-po-mene-vraiment-a-tout_5046122_4401467.html#mV15eo4hXduCobgx.99

jeudi 8 décembre 2016

L'examen d'entrée n'est plus la principale voie d'accès à Sciences-po (Le Monde)

L’examen d’entrée n’est plus la principale voie d’accès à Sciences Po

Le nombre de candidats en première année à l’institut d’études politiques parisien a augmenté de 10 % en 2016. Pour la première fois, les admis par la procédure internationale ont été plus nombreux que les admis à l’examen, toujours plus sélectif.
LE MONDE | | Par
Réagir Ajouter
image: http://s2.lemde.fr/image/2016/12/08/534x0/5045950_6_63d7_le-campus-de-sciences-po-a-reims_5b429ca49a2d742694c4e20e8dbf2daf.jpg
Le campus de Sciences Po, à Reims.
Le nombre d’étudiants candidats à Sciences Po (Paris) augmente et le nombre d’admis aussi… mais les modalités sont en train de changer. Le nombre de candidats à l’admission après le bac, toutes procédures d’accès confondues, a atteint en 2016 le nombre de 10 145 et marque une hausse de 10 %. Et c’est la procédure dite « internationale » qui est devenue, pour la première fois, la principale voie de recrutement, avec 849 admis, devant l’examen d’entrée classique.
La procédure internationale d’entrée au collège universitaire est aussi celle qui s’est avérée la moins sélective : sur les 2 853 candidats, 29,75 % ont finalement intégré l’institut d’études politiques (IEP) parisien. Cette procédure, sur dossier et entretien, s’adresse à des « profils internationaux » : des élèves venus de l’étranger mais aussi des lycéens français ayant suivi un parcours international, à l’étranger ou au sein de lycées internationaux en France.
Elle n’ouvre pas la voie au premier cycle du programme général, mais à des programmes géographiquement sectorisés, situés sur les campus régionaux de Sciences Po (Nancy, Dijon, Poitiers, Menton, Le Havre ou Reims) : par exemple, le cursus franco-allemand ouvert à Nancy en 2000. Sur ces campus sont aussi proposés des double diplômes avec des universités partenaires, comme la Freie Universität Berlin.

De plus en plus sélectif

Passer l’examen traditionnel (constitué de trois épreuves écrites – à moins d’en être dispensé grâce à un excellent dossier, suivies d’un oral d’admission) ne constitue donc plus le principal moyen d’entrer en première année à Sciences Po : 804 candidats ont été admis sur 5 528 candidats, soit un taux de succès de seulement 14,5 %. L’examen est de plus en plus sélectif : son taux de succès est en constante diminution ces dernières années (15,1 % en 2015 et 20 % en 2009), hors l’année 2013, où le changement des conditions d’admissions avaient entraîné un nombre inhabituel de candidatures.
A noter que ces candidats peuvent rejoindre les campus régionaux (comme les admis de la procédure internationale) ou suivre le cursus général, à Paris.
Enfin, la procédure d’admission des élèves par les conventions d’éducations prioritaires (CEP) affiche des résultats stables, et un taux de sélectivité élevé : 163 élèves ont été admis cette année sur les 956 qui avaient suivi les ateliers de préparation à Sciences Po dans l’un des 106 lycées partenaires situés en zone d’éducation prioritaire (17 %). Parmi ces derniers, 774 auront passé la procédure d’admissibilité comportant plusieurs épreuves, avant l’oral d’admission.

Deux-tiers de filles

Sciences Po précise par ailleurs que plus de la moitié des candidats (54 %) et des admis (52 %) sont issus de bac ES, mais que les bacheliers S et L réussissent aussi bien. D’autre part, « environ deux tiers des candidats et des admis sont des filles ». Toutes procédures confondues, ils sont issus de 1 020 lycées en France et à travers le monde, contre 878 en 2015.
Concernant l’entrée en second cycle (master), le nombre de candidats a augmenté de 4 % en 2016, avec une internationalisation encore plus marquée. Si 449 étudiants en master ont été admis sur examen (soit un taux de succès de 18,7 %) en 2016, les 1 423 autres proviennent de la procédure internationale et de double diplômes (avec un taux de succès de 36,5 % par cette voie), un chiffre qui a fortement progressé depuis 2009.
En troisième cycle, enfin, Sciences Po a admis 28 des 231 candidats à son école doctorale.
A la faveur de l’ouverture de ses campus régionaux, de la création de ses double diplômes et de son internationalisation, Sciences Po a donc changé rapidement de visage, et de taille. En 2016, 1 053 candidats de plus qu’en 2015 auront été admis, aux différents niveaux.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/12/08/l-examen-d-entree-n-est-plus-la-principale-voie-d-acces-a-sciences-po_5045951_4401467.html#SBbulZ32q7HK1AF6.99

VISITE DE L'ASSEMBLEE NATIONALE - 23 JANVIER 2017

Les élèves de l'atelier sciences-po sont invités par le député de la circonscription, Olivier Faure, à visiter l'Assemblée Nationale le 23 janvier prochain à 16 heures.


mardi 6 décembre 2016

ATELIER EN PREMIERE - JEUDI 8 DECEMBRE 2016

Séance animée par MM. Charbonnier et Courvoisier

- Annonce visite Assemblée Nationale le 23 janvier à 16H00.

- Renoncement de François Hollande: réactions.

- Révisions: placer les candidatures déclarées à gauche sur l'échiquier politique.

- Principales forces politiques en Italie. 


- Les enjeux du référendum raté en Italie.



- L'Italie: un laboratoire politique (Marc Lazar).

- Article 11 de la constitution de la Ve République: "Le Président de la République, sur proposition du Gouvernement pendant la durée des sessions ou sur proposition conjointe des deux assemblées, publiées au Journal officiel, peut soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent, ou tendant à autoriser la ratification d'un traité qui, sans être contraire à la Constitution, aurait des incidences sur le fonctionnement des institutions."

- Article 89 de la constitution de la Ve République: "L'initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République sur proposition du Premier ministre et aux membres du Parlement.

Le projet ou la proposition de révision doit être examiné dans les conditions de délai fixées au troisième alinéa de l'article 42 et voté par les deux assemblées en termes identiques. La révision est définitive après avoir été approuvée par référendum.

Toutefois, le projet de révision n'est pas présenté au référendum lorsque le Président de la République décide de le soumettre au Parlement convoqué en Congrès ; dans ce cas, le projet de révision n'est approuvé que s'il réunit la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés. Le bureau du Congrès est celui de l'Assemblée nationale.

Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu'il est porté atteinte à l'intégrité du territoire.

La forme républicaine du Gouvernement ne peut faire l'objet d'une révision."

- Extrait vidéo: allocution du général de Gaulle en avril 1969.

- Le plébiscite bonapartiste.
La question posée par le régime porte sur l'approbation des réformes libérales opérées dans la constitution depuis 1860. Les résultats: Oui :  7 350 000 / Non : 1 500 000.

- Cas des pays sans référendum.

- Le bicamérisme parfait / imparfait.


Activité: travail sur la presse quotidienne nationale. 
Analyse des principaux quotidiens: Le Monde, Le Figaro, Libération, Le Parisien/Aujourd'hui en France, L'Humanité, Les Echos, L'Opinion et La Croix.


jeudi 1 décembre 2016

Atelier 1ère - 1er décembre

Points d'actualité :
- Mort de Fidel Castro
- Référendum en Italie
- Victoire de François Fillon / projet de réforme de la sécurité sociale
- Projet de départ chez Airbus
- Grève à la Lufthansa

Élément de débat et de réflexion : Le téléchargement illégal

Point de départ :


 
Réflexion sur l'argumentaire, les acteurs, les enjeux :
- Les ayants-droit, leurs arguments, leurs propositions, leurs actions
- Les États, leur législation et leurs moyens de sanction, leurs moyens d'action
- Les internautes : leur rapport avec le téléchargement (pour/contre : pourquoi ?), leurs propositions
- Débat sur le coût de la culture / élément marchand ou élément libre / rémunération des artistes...